Association Boris Mouravieff

Bulletin n° 9 – Février 2018

Annonce de décès

Nous venons d'apprendre le décès de Michel Droin, survenu le 14 février 2013, à Sherbrooke, au Canada. Monsieur Droin avait exécuté les schémas d'origine des trois tomes de Gnôsis.


Avancée des travaux de l'association

Nous rappelons que le deuxième tome de Gnôsis vient d'être réédité aux Éditions LaBaconnière.

Le troisième tome fera l'objet d'une réédition dans un proche avenir.


Réglement du C.E.C.E.

Le réglement du Centre d'Études Chrétiennes Ésotérique (C.E.C.E.), à l'usage des groupes de travail du vivant de l'auteur, tel qu'il figurait à la fin du tome III de l'édition d'origine (1965), sera supprimé de la nouvelle édition, le C.E.C.E. ayant été dissous au décès de Boris Mouravieff.

Nous pensons utile de le mettre à la disposition des personnes intéressées. En voici le texte :

TITRE I
DISPOSITIONS GÉNÉRALES

ARTICLE PREMIER. — Les membres correspondants du C.E.C.E. peuvent constituer sur place des groupes de travail qui doivent être ensuite reconnus et approuvés par le Comité directeur du Centre.

ART. 2. — La constitution des groupes de travail du C.E.C.E. a pour but d’offrir à ses membres une possibilité de s’initier de plus en plus profondément, tant en théorie qu’en pratique, à la Doc-trine ésotérique telle qu’elle est exposée dans la série « Gnôsis ».
Il convient à cet égard de se rappeler les termes énoncés par Clément d’Alexandrie :
« Nous disons que même sans savoir lire on peut être fidèle, mais nous convenons aussi que comprendre les doctrines de la foi est impossible sans études. » « La foi », professe Clément, « doit être cultivée par la science et, comme telle, elle est supérieure à la foi nue. »

ART. 3. — Seuls les membres correspondants du C.E.C.E. peuvent prendre une part active aux travaux des groupes.

ART. 4. — Les groupes de travail sont régis par les Statuts du Centre. Pour son administration intérieure ainsi que pour les rapports avec le Comité directeur, chaque Groupe constitue un Bureau composé d’un chef de groupe, assisté d’un secrétaire et d’un trésorier, et fixe le montant des cotisations nécessaires pour subvenir à ses besoins. Les candidats sont élus par l’assemblée du Groupe et confirmés dans leurs fonctions par le Comité directeur.

ART. 5. — Aussitôt après la constitution du Bureau, le chef du Groupe communiquera au Comité directeur du Centre la liste de ses premiers membres et celle des membres du Bureau, ainsi que l’adresse à laquelle le groupe recevra la correspondance.

TITRE II
DISPOSITIONS RELATIVES AU TRAVAIL

ART. 6. — Les Groupes « Gnôsis » ne doivent pas être composés de membres appartenant au même type humain ; la diversité des types est souhaitable, voire nécessaire.
La composition idéale d’un groupe comprendra DOUZE MEMBRES des deux sexes, la Personnalité de chacun d’eux étant nuancée par l’expression prépondérante de l’un des douze secteurs différents des deux centres psychiques inférieurs : émotif et intellectuel.
Si l’on y parvient, chacun des Membres trouvera son reflet complet dans les onze autres, ce qui facilitera grandement le travail du Groupe en tant qu’organisme collectif.

ART. 7. — La méthode exposée dans Gnôsis est une méthode psychologique de travail ésotérique. Ainsi, l’étude de la Doctrine n’exige point de conditions spéciales ou une modification plus ou moins radicale de sa vie par l’étudiant, sauf quelques minutes par jour pour commencer qui doivent être affectées à l’exercice de constatation.
Ce que la méthode demande, sous peine d’échec, c’est la régularité de ces exercices qui doivent être pratiqués tous les jours sans défaillance à la même heure, de préférence le matin de bonne heure.
D’autre part — et c’est là l’essentiel des efforts que la méthode exige — l’étudiant doit s’appliquer, dans le courant de la journée, sans rien changer à ses occupations habituelles, à garder présent à l’esprit le sens général de la Doctrine et celui de ses points qui fait l’objet de ses méditations actuelles.
La maxime traditionnelle, et qui doit être rigoureusement appliquée, est que pour atteindre le but proposé, il faut y penser sans arrêt.
Toutefois, l’étudiant ne doit pas chercher à aller trop vite, ce qui le conduira à l’échec. Il saura qu’il a trouvé son rythme juste par la sensation de joie que chaque exercice ou travail correctement exécuté lui apportera.

ART. 8. — Pratiquement, le travail du groupe doit être organisé de la manière suivante :
À la première assemblée — administrative — après l’élection du Bureau, un plan de travail sera établi. Les membres du groupe choisiront chacun un passage ou un chapitre de « Gnôsis » comme objet de travail et de méditation, au sujet duquel il fera une communication au cours d’une des assemblées suivantes. Chaque membre doit prendre note de la distribution des passages ou chapitres ainsi que de la liste des rapporteurs et des dates de leurs communications. Ceci afin que le thème de la prochaine communication soit réétudié et repensé par chacun des membres qui seront ainsi à même de participer à la discussion faisant suite à la communication.
La communication ne devra pas dépasser trente minutes. Le reste de la réunion sera affecté à la discussion.

ART. 9. — Les réunions seront présidées par le chef du groupe ou, en cas d’empêchement, par le secrétaire ou le trésorier. Cependant, la discussion sera dirigée par le membre qui a fait la communication au cours de la réunion précédente. C’est là un exercice important aussi bien pour ce membre que pour le conférencier et pour toute l’assistance.
L’ordre et une rigoureuse discipline mentale et verbale doivent être observés pendant les séances. Se référant à l’apôtre saint Paul, Clément d’Alexandrie dit à ce propos :
« Le bienheureux apôtre nous recommande vivement, avec raison : Pas de ces batailles de mots qui ne servent à rien qu’à la ruine des auditeurs ; évitez les bavardages vides et profanes. Les bavards vont toujours plus en avant dans l’impiété, et leur parole s’étendra comme une gangrène rongeuse » (II Timothée ; II, 14).

ART. 10. — Le choix de l’objet des communications, comme il est dit plus haut, doit être fait dans le contenu de « Gnôsis I », chapitre par chapitre, dès le commencement, de sorte qu’à la fin du cycle tout le contenu du premier volume de la série sera analysé, commenté et discuté. Un deuxième cycle comprendra une étude analogue de « Gnôsis II », puis un troisième cycle sera affecté à « Gnôsis III ».
Pour que ce travail soit fructueux, il faut prévoir une réunion par semaine.
Une réunion libre doit être prévue de temps à autre, elle sera affectée à des échanges ou conférences faites par les membres du Comité directeur du Centre, ou par des personnes invitées par celui-ci.

ART. 11. — Une réunion spéciale sera prévue à la fin de chaque semestre, au cours de laquelle le chef du groupe donnera un compte rendu du travail accompli. Ce compte rendu, signé par lui et contresigné par le secrétaire et le trésorier, sera présenté ensuite au Comité directeur du Centre.

ART. 12. — Pour les questions qui sortiraient du cadre des Statuts du Centre ou de celui du présent Règlement, le Bureau du groupe de travail demandera des directives au Comité directeur du C.E.C.E.

TITRE III
GROUPES DE JEUNES

Préambule.

Revenant à son message de 1961, le Président du Centre insiste sur l’attention accrue qui doit aller à la jeunesse actuelle, car c’est de ses rangs, ainsi que de ceux des générations suivantes, que doivent sortir les individus porteurs des prédispositions qui, dûment cultivées, les mettront à même de prendre place, en tant qu’éléments actifs, dans les cadres de l’élite nouvelle.
La vigilance s’impose, cependant, notamment en vue d’obvier aux conséquences d’une incompréhension éventuelle de la part des parents (Matthieu, x, 36). Aider sur le plan ésotérique ces jeunes frères et sœurs est une tâche aussi délicate que noble, et le Président invite les membres correspondants du Centre à s’attacher particulièrement à ce devoir essentiel.
Les jeunes filles, surtout, devront retenir l’attention. Il ne faut pas oublier, en effet, que si la chute d’Adam fut le fait d’une femme : Ève, c’est de la Vierge Marie, une autre femme, que Notre-Seigneur vint au monde pour montrer aux hommes la Voie du Salut ; et c’est encore aujourd’hui à la femme, fille d’Ève, qu’est dévolu un rôle d’inspiratrice dans cette difficile Période de transition vers l’Ère de Rédemption promise.
Mais il va de soi qu’on ne saurait donner quelque chose qu’on ne possède pas. Il faut donc, pour être en mesure de transmettre la Gnose aux générations nouvelles, l’acquérir d’abord soi-même. Tel est l’objet des Groupes de travail consacrés à l’étude de « Gnôsis », dans lesquels doivent se former les cadres capables de s’acquitter de la mission plus haut mentionnée et capables d’aider, sur le plan ésotérique, les éléments prédisposés de la jeunesse actuelle et des générations à venir.

ART. 13. — Des Groupes « Gnôsis » réservés aux Jeunes sont créés. Ces Groupes comprennent des jeunes gens et des jeunes filles au nombre de DOUZE au maximum.

ART. 14. — Chaque Groupe de Jeunes est directement rattaché à un Groupe « Gnôsis » local pour les Adultes, dont le Bureau en assure le contrôle permanent.

ART. 15. — Peuvent être admis à faire partie de ces Groupes : les jeunes gens et les jeunes filles ayant 15 ans révolus, au moins. L’âge limite maxima est fixé, pour les jeunes filles, à 25 ans ; pour les jeunes gens, à l’époque du service militaire.
Toutefois, à partir de 21 ans, les uns et les autres peuvent, s’ils le désirent, s’intégrer dans un Groupe d’Adultes. De même, en l’absence d’un Groupe de Jeunes, ils sont autorisés à participer aux réunions d’un Groupe « Gnôsis » local pour Adultes.

ART. 16. — Les jeunes gens et les jeunes filles remplissant les conditions sus-indiquées doivent, en outre, s’ils ne sont pas majeurs, obtenir l’autorisation de leurs parents avec la signature du père ou de la personne à laquelle la garde de l’enfant a été confiée légalement.

ART. 17. — Le Groupe « Gnôsis » de Jeunes ainsi constitué élira son bureau et fixera lui-même, à sa convenance, le jour et le lieu de ses réunions.
Les réunions des Groupes de Jeunes seront suspendues de fin mai à fin septembre en raison des examens scolaires et des vacances d’été.

ART. 18. — Le chef du Groupe local « Gnôsis » pour Adultes, ou un membre délégué du Bureau aura toute liberté pour assister à ces réunions de Groupes de Jeunes, de façon à pouvoir les orienter, les contrôler et, s’il y a lieu, arbitrer les divisions qui pourraient surgir parmi les Jeunes.
Il lui appartient, en outre, le droit d’exclure éventuellement les membres indésirables.


TITRE IV
RECOMMANDATIONS AUX CONFÉRENCIERS

1) Il est naturel que le conférencier désire partager avec ses auditeurs les fruits de ses connaissances, de ses lectures, de ses expériences. Cependant, les séances des Groupes doivent être maintenues, comme celles des séminaires universitaires, rigoureusement dans le cadre du thème choisi. Il ne faut pas oublier que le but de ce travail est d’approfondir la connaissance et la compréhension de la Doctrine exposée dans « Gnôsis » et non pas de faire un examen comparatif de cette doctrine, ou de ses parties, avec d’autres disciplines ésotériques ou exotériques. De même, le conférencier ne doit pas empiéter sur les chapitres de « Gnôsis » n’ayant pas fait l’objet de communications précédemment.

2) Quoique « Gnôsis » ne comporte point de néologismes, l’exposé de la Doctrine étant faite, à l’instar de l’Evangile, dans le langage courant, on y trouve des définitions et des expressions ayant un sens bien précis. Le conférencier ne doit donc pas les remplacer par d’autres expressions, car cela ne peut conduire qu’à la confusion aussi bien dans l’esprit des auditeurs que dans celui du conférencier lui-même. Au contraire, pour mieux ancrer la signification de ces termes dans son esprit comme dans celui de l’assistance, en les employant, il fera bien de les accompagner d’une brève explication, ce qui est toujours profitable.

3) Dans le travail ésotérique il n’y a pas de détails. Tout y est important et dans tout ce qu’on fait on doit donner son maximum. Aussi bien quant au fond que quant à la forme. Toute approximation dans la pensée, comme dans l’exposé, doit être bannie, de même que les « remplissages ».
Chaque communication doit présenter un tout cohérent ; sa préparation ne doit pas être faite à la hâte. Rien n’est plus nuisible au point de vue ésotérique — qui est celui de ce travail — que d’exposer ce que le mécanisme d’associations fait passer par la tête.

4) Il est nécessaire, après avoir fait la communication, de méditer de nouveau sur son contenu en tenant compte des critiques faites au cours de la discussion. Ce faisant, il faut s’efforcer d’approfondir le matériel ainsi accumulé. Alors, si cela est fait avec le degré voulu de concentration et de persévérance, se dégagera dans le cadre de la communication faite, un apport de quelque chose d’original. C’est le signe objectif de réussite. Pour y parvenir, il est recommandable d’y méditer pendant ses occupations habituelles, par la méthode d’attention double. Le contenu de la communication faite et complétée par le travail décrit ci-dessus doit être présenté au secrétariat du groupe sous forme d’un rapport écrit qui sera mis à la disposition des membres.

Association Boris Mouravieff – 60 rue Maurice Ripoche 75014 Paris – contactez-nous